Ce n'est normalement pas un plat conseillé lors du sursis qui subsiste entre Noël et Nouvel An mais en abandonnant la crème fraîche épaisse à 40 %, voici comment ma traditionnelle blanquette de veau devient, en quantité raisonnable, nettement plus légère et tout à fait digeste !

DSC03652

Pour 2 personnes :

- 350 g de tendron de veau
- 1 oignon
- 3 carottes
- 10 champignons miniatures
- 1 jaune d'oeuf
- 10 cl de crème liquide à 15 %
- 1 cuillère à soupe de persil hâché frais
- 1 pincée de noix de muscade râpée
- 2 noisettes de margarine
- sel et poivres mélangés

Coupez le veau en morceaux moyens.
Pelez l'oignon et coupez le en 8.
Epluchez les carottes, tranchez-les en fines rondelles et réservez-les.
Dans une cocotte, faites fondre la margarine sur un feu doux. Ajoutez la viande, retournez-la sur toute les faces, sans la laisser colorer, puis ajoutez les oignons avant de couvrir d'eau. Salez et poivrez. Laissez cuire à doucement à découvert pendant 1h30.
Nettoyez les petits champignons et poêlez-les à peine dans le reste de margarine. Réservez.
Vingt minutes avant la fin de cuisson, ajoutez les carottes et les champignons.
Au terme de la cuisson, débarassez la viande et les légumes à l'aide d'une écumoire et réservez là dans un plat.
Ajoutez au jus de cuisson la crème, le jaune d'oeuf, la noix de muscade et mixez.
Replacez la viande dans sa sauce, ajoutez le persil et maintenez la cocotte à feu très doux le temps de servir.

A dégustez fumant avec une timballe de riz ou une petite ratte du Touquet cuite en robe des champs !
J'utilise toujours du tendron de veau pour cette recette, morceau très gouteux et fondant, mais vous pouvez tout aussi bien panacher avec de l'épaule.

DSC03655